2.1 Une feuille de route RSE en ligne avec les priorités stratégiques du Groupe

 

2.1.1 Notre stratégie

 

En 2021, le Groupe BPCE a placé au cœur de son nouveau plan stratégique, BPCE2024, le climat et l’expérience « collaborateur ». Ce plan met en avant une stratégie environnementale forte combinée à des objectifs intermédiaires ambitieux et une stratégie RH favorisant la qualité de vie au travail et le développement professionnel de tous les collaborateurs. En complément, la politique RSE du Groupe associe des fondamentaux qui soulignent la prise en compte globale de notre responsabilité économique et sociale, et le respect de principes qui guident notre démarche.

Dans ce contexte la stratégie RSE du Groupe BPCE a été refondue et structurée autour de trois axes et 12 engagements :

répondre aux attentes de la société civile en favorisant l’inclusion, la solidarité et un mécénat actif. De plus, le Groupe continue à encourager les relations ouvertes et constructives avec l’ensemble de ses parties prenantes ;

devenir un acteur majeur de la transition environnementale en plaçant les enjeux sur le climat comme priorité d’action de tous ses métiers et de toutes ses entreprises. Le Groupe BPCE s’engage à aligner l’ensemble de ses portefeuilles sur une trajectoire « Net Zero(1) ». Il veut accompagner tous ses clients dans leur transition environnementale et accélérer la réduction de son empreinte carbone propre ;

dessiner le futur du travail en offrant à ses collaborateurs et futurs employés un environnement de travail hybride adapté afin de déployer efficacement le télétravail. Le Groupe souhaite également faire progresser ses collaborateurs, talents et jeunes salariés, en les accompagnant dans des circuits de formation dédiés. En parallèle, le Groupe BPCE poursuit la promotion de la mixité dans les fonctions dirigeantes.

La stratégie et les ambitions du Groupe BPCE en matière de RSE sont menées dans le respect de l’éthique des affaires. Le Groupe s’engage à maîtriser les risques juridiques, réglementaires et déontologiques au profit de ses clients, collaborateurs et partenaires. Le Groupe BPCE veille ainsi au strict respect des lois, réglementations et bonnes pratiques professionnelles dans l’ensemble de ses entreprises. Cela se traduit par un Code de conduite et d’éthique Groupe agréé par le conseil d’orientation et de surveillance en 2018 et une politique rigoureuse en matière fiscale avec un Code de conduite fiscal en 2021.

Au travers d’adhésions internationales et nationales, le Groupe BPCE agit ainsi dans le respect de nombreux engagements internationaux, nationaux et de groupes de travail.

Le Groupe et ses filiales s’engagent depuis plusieurs années à renforcer leurs contributions aux objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU et à contribuer toujours plus à la lutte contre le dérèglement climatique. Les ODD sont un langage commun articulé autour de 17 objectifs mondiaux, déclinés en 169 cibles. Ainsi, la stratégie RSE du Groupe BPCE s’attache pleinement à intégrer ses ODD afin de participer à la marche commune pour parvenir à un avenir meilleur et plus durable pour tous.

(1)

Cible 2050 pour les portefeuilles de financement de la Banque de Grande Clientèle, Cible 2030 pour le fonds général de Natixis Assurances.

 

1.

Être au service des acteurs économiques des territoires en participant au développement économique de nos territoires

2.

Être une banque inclusive en soutenant le microcrédit personnel et professionnel en partenariat avec les réseaux d’accompagnement pour une meilleure inclusion de nos clients fragiles et en situation de handicap

3.

Être un partenaire de référence de la filière santé en accompagnant les professionnels de santé, en finançant les infrastructures de santé et en continuant à être un acteur de référence de la dépendance

4.

Être exemplaire en maintenant une politique d’achats responsables pour le compte du Groupe

5.

Entretenir un dialogue actif avec nos parties prenantes au sein d’une gouvernance participative grâce à une stratégie et des actions inscrites sur le long terme

6.

Contribuer à lutter contre le dérèglement climatique en alignant les portefeuilles du Groupe sur une trajectoire « Net Zero »

7.

Élargir sa politique d’émission à la thématique de transition énergétique aux côtés des émissions green & social

8.

Intensifier le financement des projets favorisant la transition environnementale, privilégier le conseil et dialogue stratégique autour de la transition et renforcer nos offres dédiées d’épargne ESG

9.

Être exemplaire à ses propres bornes en réduisant l’empreinte environnementale propre du Groupe

10.

Favoriser l’employabilité en développant de nouveaux modes de travail hybride pour environ 50 000 collaborateurs du Groupe (60 % en flex-office) et leur offrant des conditions de travail privilégiées (bien-être, immobilier, etc.)

11.

Être un Groupe diversifié en promouvant les démarches pour l’égalité des sexes et l’insertion des handicapés

12.

Soutenir l’emploi des jeunes et garantir la bonne intégration et la fidélisation des nouveaux collaborateurs

Date d’adhésion

Engagement

Entité

2003

Global Compact niveau Advanced

Groupe BPCE & Natixis

2010

Principes pour l’investissement responsable

22 sociétés de gestion d’actifs* du Groupe BPCE signataires des PRI représentant 99 % des encours totaux de NIM

2010

Principes de l’Équateur

Natixis

2018

Act4Nature

Natixis

2019

UNEP FI

Groupe BPCE & Natixis

2021

Net Zero Banking Alliance

Groupe BPCE

*

22 affiliés de NIM adhérents des PRI.

 

Depuis plusieurs années, le Groupe est particulièrement actif au sein de groupes de réflexion engagés dans la lutte contre le dérèglement climatique, la finance durable, la biodiversité et des problématiques de place.

En 2021, le Groupe BPCE a participé à de nombreux groupes de travail lancé par la Commission européenne à travers des consultations techniques sur les thématiques suivantes (liste non exhaustive) :

nouvelle stratégie finance durable ;

règlement sur la Taxonomie des activités durables : consultations sur les actes délégués et sur différents articles de ce règlement ses impacts pour les établissements financiers banques ;

règlement SFDR (« Sustainable Finance Disclosure Regulation ») ;

standard européen d’émissions obligataires vertes ;

reporting extra-financier ;

intégration de facteurs ESG dans la gestion des risques.

En complément des consultations européennes, le Groupe BPCE peut être amené à répondre aux consultations lancées par les autorités françaises concernant la transposition des textes européens.

Au niveau européen, le Groupe BPCE est membre de différentes associations professionnelles et participe aux différents groupes de travail spécifiques que les organisations bancaires européennes ont mis en place pour contribuer aux avancées de la stratégie Finance Durable. Il s’agit particulièrement de l’Association des Caisses d’Epargne européennes (ESBG) et l’Association Européenne des Banques Coopératives (EACB).

Le Groupe BPCE a aussi participé à l’exercice d’analyse de sensibilité de l’Autorité bancaire européenne (ABE) en lien avec la Taxonomie donnant lieu à un stress test réalisé sur l’ensemble de la place financière de Paris.

Dans le cadre de ses travaux réalisés au sein du groupe de travail de la Commission Climat de la fédération des banques françaises (FBF), qui est présidée par le président du directoire Laurent Mignon, le Groupe BPCE participe aux dialogues et discussions autour :

de la stratégie de sorties du charbon, avec un calendrier global de désengagement avec des engagements fermes, transparents et suivis ;

de travaux méthodologiques en collaboration avec les autorités de supervision sur l’évaluation de l’exposition des portefeuilles aux risques climatiques et sur l’alignement des portefeuilles d’investissement avec un scénario « Net Zero ». L’objectif est de favoriser la diffusion et la standardisation open source de ces méthodologies.

En parallèle de ces travaux de place, le Groupe BPCE s’engage au côté de ses pairs. Le Groupe rejoint ainsi, en juillet 2021, la Net Zero Banking Alliance (NZBA), initiative financière du programme des Nations Unies pour l’environnement (UNEP FI). Cette alliance entre les établissements bancaires constitue une étape décisive dans la mobilisation du secteur financier pour lutter contre le réchauffement climatique.

Par ailleurs, à l’occasion du Climate Finance Day du 26 octobre 2021, la FBF a communiqué l’engagement des six plus grandes banques françaises, dont le Groupe BPCE, à ne plus financer les projets dédiés et les entreprises dont la part d’hydrocarbures non conventionnels dans l’exploration et la production (pétrole de schiste, gaz de schiste et sables bitumineux) serait supérieure à 30 % de leur activité dès janvier 2022. Au cours de l’année 2022, les banques comprises dans ce groupe de travail poursuivront leurs travaux pour promouvoir la réduction du recours à ces hydrocarbures non conventionnels.

Natixis au travers de sa filiale Mirova fait partie du groupe de pilotage de l’initiative Taskforce on Nature related Financial Risk and Disclosure (TNFD), dont les travaux ont démarré en 2021 pour deux ans. La TNFD est le fruit d’un partenariat entre le Natural Capital Finance Alliance (NCFA), le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et le World Wide Fund for Nature (WWF), avec le support du gouvernement britannique. Sur le même modèle que la Taskforce on Climate-related Financial Disclosures (TCFD), mais permettant d’élargir aux enjeux liés à la nature, la TNFD offrira un cadre permettant de répondre aux besoins en termes de mesure et de données des institutions financières afin qu’elles puissent mieux comprendre les dépendances et leurs impacts sur la nature. La TNFD est censée appuyer la transition du marché financier en apportant aux organisations un cadre leur permettant de déclarer les risques liés à la nature et d’agir en fonction de leur évolution, et ce afin de détourner les flux financiers mondiaux des activités négatives pour la nature en vue de les réorienter vers des activités positives pour la nature.

Ce groupe de travail adresse plusieurs enjeux :

accessibilité des données : contrairement aux données climatiques (émissions de GES principalement) qui sont détenues par les entreprises, les données liées au capital naturel nécessitent d’accéder à des bases de données plus larges (gouvernement, ONG, universités…) ;

spatialité : les risques liés à la nature sont spécifiques à leur localisation, or les emplacements des actifs d’une entreprise ne sont en général pas communiqués ;

matérialité : la nature étant un bien public, elle est actuellement exploitée gratuitement par les entreprises. Les risques liés à la nature ne sont donc que très peu pris en compte dans les prises de décisions financières. Le groupe de travail devra réfléchir aux possibilités d’intégration de cette matérialité via la réglementation, des changements en termes de reporting ou de responsabilité.

Une fois adoptée, la TNFD permettra aux institutions financières de piloter l’impact indirect de leurs activités d’investissement et de financement sur la nature, de réduire les flux financiers à impact négatif tout en favorisant ceux à impact positif.

Eléments de contexte : l’évaluation des actifs éligibles à la Taxonomie est un exercice inédit, dont les résultats dépendent pour partie de l’interprétation des textes réglementaires par les institutions les mesurant. Ces textes sont adossés à une règlementation récente, certaines spécifications étant parues en février 2022. Des imprécisions rémanentes sur les modalités d’application existent. Aussi le Groupe BPCE précise que si des efforts ont été déployés pour respecter au mieux leurs exigences, les méthodes employées sont susceptibles d’évoluer.

Le Groupe BPCE entend engager dans la durée une évolution de son bilan dans une stratégie d’atténuation de l’impact climatique de ses activités, des biens financés, investis ou assurés.

Comme priorités d’action, il s’engage à accompagner tous ses clients dans leurs propres enjeux de transformation au regard des enjeux environnementaux et à faire de la transition environnementale un de ses principaux moteurs de croissance dans le cadre de son plan stratégique BPCE 2024.

Il s’engage aussi à aligner ses portefeuilles sur une trajectoire « Net Zero » en priorisant les portefeuilles pour lesquels la banque peut avoir l’impact le plus significatif, c’est-à-dire ceux qui concentrent les secteurs les plus intensifs en gaz à effet de serre.

La Taxonomie européenne est une méthodologie d’évaluation des activités d’une entreprise par rapport à des objectifs environnementaux, et plus précisément dans sa version actuelle à l’atténuation et à l’adaptation au changement climatique.

Ces évaluations sont prévues par la règlementation en plusieurs phases.

Pour ce premier exercice selon l’acte délégué adopté en juillet 2021(1), l’objectif consiste à identifier les activités dites « éligibles », c’est-à-dire des produits ou services pouvant contribuer potentiellement (mais pas nécessairement) à l’atténuation ou à l’adaptation au changement climatique. Pour les établissements financiers, un ratio mesurant la part au bilan d’actifs éligibles à la taxonomie est à publier.

Dans une seconde phase, les actifs verts correspondant aux activités dites alignées à la Taxonomie seront évalués : elles se distinguent de celles éligibles en confrontant la performance de ces activités éligibles à des critères techniques et exigences en matière de respect de l’environnement et de minima sociaux. Ces activités dites alignées, évaluables en 2024 à partir des données des entreprises, seront publiées par BPCE et viendront enrichir ses mesures climatiques internes et engagements sur le vert.

Pour le Groupe BPCE, la Taxonomie constitue un outil essentiel pour accroître la transparence des mesures climatiques et encourager dans la durée le développement des activités vertes des entreprises et de leur financement.

Aussi, si ces premières évaluations de ratio d’actifs dans leurs versions éligibles ne sont pas le reflet d’une mesure réelle sur le vert (comme le vise le ratio « alignement » en 2024), elles constituent néanmoins une première marche réglementaire que le Groupe soutient dans ses efforts de publication en matière de déclarations obligatoires et volontaires.

Le Groupe BPCE publie ici son ratio d’éligibilité sur ses activités en tant qu’établissement de crédit.

L’évaluation est réalisée sur les données au 31/12/2021 sur la base du périmètre de consolidation prudentielle, dans un environnement conforme au FINREP, mesurées en valeur brute comptable. Il ne tient pas compte des expositions de hors bilan (garanties financières et autres expositions de hors bilan).

Conformément à la règlementation, les administrations centrales, les banques centrales et organismes supranationaux ainsi que les actifs financiers détenus à des fins de négociation sont exclus du numérateur et du dénominateur du ratio.

Les entreprises qui ne sont pas tenues de publier des informations non-financières en vertu de la directive 2013/34/UE (NFRD) et les prêts interbancaires à vue sont exclus du numérateur.

(1)

Règlement délégué (UE) 2021/2178 du 6 juillet 2021.

 

Au 31/12/2021, conformément au format pour la publication obligatoire, la part des expositions sur des activités économiques éligibles à la taxonomie du Groupe BPCE, par rapport au total des expositions couvertes(1) par le ratio est 46%.

La part des expositions sur des activités économiques non éligibles à la taxonomie, par rapport au total des expositions couvertes par le ratio est de 54%.

L’essentiel des actifs éligibles comprend les encours du crédit à l’habitat et ceux des prêts aux collectivités locales, des prêts aux logements sociaux et des financements du crédit à la consommation automobile. À noter que dans ce format obligatoire, en l’absence de données publiées par les entreprises sur leurs activités éligibles, les ratios ne peuvent pas prendre pas en compte leurs éventuelles activités éligibles(2).

Méthodes et limites sous-jacentes au calcul :

les prêts immobiliers aux logements et prêts automobiles à des particuliers ont été considérés comme des activités éligibles indépendamment de leur géographie ;

pour identifier les contreparties soumises à la NFRD, une estimation a été réalisée à partir de la taille des entreprises (entreprises hors PME et PRO) et de leur géographie (Europe).

 

Part des expositions couvertes par le ratio, par rapport au total des expositions au bilan

68%

Part des autres expositions n’entrant pas dans le calcul du ratio, par rapport au total des expositions au bilan

32%

Dont part sur le portefeuille de négociation

13%

Dont part sur les banques centrales

13%

Dont part sur les souverains

6%

TOTAL DES EXPOSITIONS AU BILAN (RÉF. TOTAL FINREP)

100 %

 

Part des expositions sur des entreprises financières et non financières non soumises aux articles 19 bis et 29 bis de la directive 2013/34/UE, par rapport au total des expositions couvertes par le ratio

21%

Part des dérivés par rapport au total des expositions couvertes par le ratio

0,8%

Part des expositions sur les prêts interbancaires à vue par rapport au total des expositions couvertes par le ratio

0,8%

 

Autre précision :

La part des expositions sur des entreprises financières et non financières soumises aux articles 19 bis et 29 bis de la directive 2013/34/UE (NFRD), par rapport au total des expositions couvertes par le ratio est de 36%. A des fins de calcul, il s'agit de la part des entreprises hors PME en Europe.

Sur base volontaire et dans un souci de transparence, BPCE complète néanmoins sa publication en intégrant dans le calcul du ratio d’éligibilité les entreprises considérées « éligibles » sur la base de leur classification sectorielle NACE.

Il s’agit ici d’approximations, la répartition des activités entre éligibles et non éligibles des entreprises n’étant pas des données à date publiées par celles-ci.

En incluant dans ce cadre l’estimation des entreprises éligibles, le ratio d’éligibilité du Groupe BPCE sur des activités économiques éligibles à la Taxonomie par rapport au total des expositions couvertes (par le ratio) est de 54%.

 

(1)

Le total des expositions couvertes par le ratio correspond à la valeur brute du bilan FINREP diminuée des expositions sur les administrations centrales, les banques centrales et organismes supranationaux, et les actifs financiers détenus à des fins de négociation.

(2)

Hors exception d'information suffisante.

(3)

Calculs des encours d’après leur valeur brute comptable.

 

2.1.2 Notre organisation

 

Le conseil de surveillance valide la stratégie du Groupe et supervise la gestion des risques et opportunités liés aux enjeux RSE. Le président du directoire et le comité de direction générale s’assurent de la mise en œuvre de la stratégie RSE et ils supervisent la gestion des risques climatiques du Groupe.

Rémunération des dirigeants du Groupe BPCE indexée à des critères de RSE

Le conseil de surveillance fixe le mode et le montant de la rémunération de chacun des membres du directoire. Au titre de l’exercice 2021, la rémunération du président du directoire et des membres du directoire de BPCE comprend une part variable annuelle indexée à 40 % sur des critères qualitatifs, dont 10 % reposent sur l’atteinte de critères liés à la RSE. L’attribution de cette part variable dépend de la mise en œuvre des ambitions stratégiques du Groupe sur les enjeux environnementaux (dont les enjeux climatiques) et le positionnement du Groupe BPCE dans les classements des agences de notation extra-financières.

En novembre 2020, une direction de la RSE Groupe a été créée, rattachée directement au président du directoire. Cette direction coordonne également l’ensemble des initiatives des entreprises sur cette thématique, notamment dans le cadre des objectifs fixés dans son nouveau plan stratégique.

Les quatre principales missions de la direction RSE Groupe sont :

piloter la définition et la mise en œuvre des ambitions stratégiques du Groupe en matière de transition environnementale ;

fédérer et coordonner les ambitions du Groupe et leurs mises en œuvre sur les autres volets de la RSE au travers des instances représentées par les différents métiers (Banque de proximité et Assurance, Gestion d’actifs, Banque de Grande Clientèle), la fédération des Banques Populaires (FNBP) et la fédération des Caisses d’Epargne (FNCE) ;

promouvoir la visibilité du Groupe sur tous les sujets RSE auprès de toutes les parties prenantes ;

s’assurer que le Groupe est au rendez-vous des prochaines échéances réglementaires relatives à la RSE.

Des directions RSE assurent le déploiement opérationnel des orientations stratégiques dans toutes les entités du Groupe (Banques Populaires, Caisses d’Epargne, Natixis, Banque Palatine et Oney). Dans ce contexte plus de 300 correspondants RSE au sein de ces entités assurent la mise en œuvre de la stratégie RSE.

L’année 2021 a été marquée par la structuration de la gouvernance RSE du Groupe au travers de la création de trois comités de pilotage :

le comité CDG RSE qui valide les priorités stratégiques en matière de responsabilité sociétale et environnementale ;

le comité de transition environnementale qui définit la stratégie RSE du Groupe en matière de transition environnementale et assure sa mise en œuvre ;

le comité de pilotage réglementaire ESG qui est en charge d’assurer une veille réglementaire sur les sujets de finance durable.

En complément deux tasks forces (TF) pilotées par la direction RSE Groupe ont été créées :

la TF Finance Durable coordonne la mise en œuvre de la stratégie RSE du Groupe BPCE pour le volet finance durable et, est en charge de la coordination des travaux relatifs aux travaux de mesure climat des portefeuilles du Groupe ;

la TF communication extra-financière définit puis met en œuvre la stratégie de communication extra-financière et s’assure de la qualité de l’information transmise à nos parties prenantes.

 

 

2.1.3 Mesurer notre performance

 

Afin de s’assurer du suivi des engagements pris dans le cadre de son plan stratégique BPCE 2024 et de sa stratégie RSE, le Groupe BPCE a mis en place un tableau de bord du suivi de sa performance dont l’objectif est double :

fournir une information quantifiée et transparente de notre performance extra-financière à nos parties prenantes ;

piloter la stratégie RSE du Groupe BPCE et suivre les trajectoires des objectifs donnés sur l’horizon 2024.

Chantier

Indicateurs de suivi de la performance

2021

2020

Société civile

 

 

 

Développer économiquement nos territoires

Taux de pénétration du Groupe BPCE auprès des PME-PMI

53 % (1)

n/a

Part de marché du Groupe BPCE auprès de l’économie sociale (ISBLSM)

34 % (2)

31 %

Total de la production annuelle liée au financement du logement social

3,5 Md€

2,8 Md€

Continuer de faire croître nos valeurs coopératives

Nombre de sociétaires (en million)

BP : 4,9

CE : 4,4

BP : 4,7

CE : 4,4

Taux de sociétaires parmi les clients

BP : 33 %

CE : 25 %

BP : 33 %

CE : 24 %

Taux de participation des administrateurs aux conseils d’administration

BP : 77 %

CE : 97 %

BP : 89 %

CE : 96 %

Montant moyen de parts sociales détenues par sociétaire

BP : 4 273 €

CE : 3 421 €

BP : 3 269 €

CE : 3 374 €

Favoriser l’accès à nos services à une clientèle fragile

Production de microcrédits accompagnés aux particuliers

18,2 M€

18 M€

Production de microcrédits et autres prêts solidaires aux créateurs d’entreprise (3)

656,3 M€

505,4 M€

Développer les achats
responsables

Part des dossiers achats intégrant un levier RSE

54 %

36 %

Délais de paiement fournisseurs

28,9 jours

30 jours

Part du montant des achats réalisés avec des PME

Part du montant des achats réalisés avec des ETI

31 %

31 %

35 %

34 %

Être acteur de la transition environnementale

 

 

 

S’aligner sur une trajectoire Net Zéro (4)

Alignement sur une trajectoire « Net zéro » pour les portefeuilles de financement de grande clientèle – Mix de couleurs du Green Weighting factor

23 % vert, 33 % neutre, 44 % marron

29 % vert, 30 % neutre, 41 % marron

Alignement sur une trajectoire « Net zéro » pour le fonds général de Natixis Assurances – Température induite par les investissements et intensité carbone des investissements

2,4 °C

182 TCO2e/M€

2,7°C

166 TCO2e/M€

Part des portefeuilles évaluée par la méthodologie « Green Évaluation Models »

43 %

33 %

Accompagner tous les clients dans leur transition environnementale

Montant de la production annuelle au titre de la transition environnementale sur le périmètre de la banque de détail (5)

1 714 M€ (5.2)

201 M€ (5.1)

Développer une offre ESG de 1er plan

Part des encours sous gestion durable (6) et à impact (7)

33,3 % (8)

-

Intensifier la stratégie de refinancement Green

Nombre d’émissions obligataires

5

2

Réduire l’empreinte environnementale du Groupe

Émission annuelle de CO2

542 883

536 717

Dessiner le futur du travail

 

 

 

Favoriser l’employabilité

Part de collaborateurs engagés (9)

72 %

-

Promouvoir la mixité

Part des femmes parmi les cadres

45 %

44,5 %

Part des femmes parmi les cadres dirigeants

29,2 %

27,9 %

Soutenir l’emploi des jeunes

Taux de conversion des apprentis

17%

Entre 17 % et 20 %

(1)

Étude Kantar PME-PMI 2021, enquête menée tous les deux ans.

(2)

Banque de France/Groupe BPCE, états SURFI – Total des crédits accordés aux ISBLSM résidentes, encours – Données au T3 2020 et T3 2021.

(3)

Comprend les microcrédits professionnels, les prêts complémentaires NACRE(dispositif de place géré par France Active) et les prêts complémentaires aux prêts d’honneur (Initiative France).

(4)

Données issues du Green Weighting Factor sur le périmètre de la Banque de Grande Clientèle, expositions brutes hors secteur financier, hors Global Markets et hors souverains.

(5)

BP et CE cumulées ; (5.1) Financement de la transition environnementale = Bâtiments verts (Éco-PTZ + Prevair/Ecureuil Crédit DD + Provair) + Transports décarbonés (autovair + écureuil auto DD) ; (5.2) Financement de la transition environnementale = Immobilier [PTZ, Éco PTZ, Éco PTZ copropriété] soit 1196,6 M€ + Crédit Consommation [Prêts Travaux DD, Prêts Rénovation Énergétique, Prêts Auto DD] soit 267,2 M€ + Marché Professionnel [Provair] soit 250,2 M€– Plus de détails en note méthodologique (partie 2.6).

(6)

Équivalent à l’art. 8 du règlement SFDR à savoir les produits qui promeuvent, entre autres caractéristiques, des caractéristiques environnementales et/ou sociales ou une combinaison de ces caractéristiques, pour autant que les sociétés dans lesquelles les investissements sont réalisés appliquent des pratiques de bonne gouvernance comme l'intégration des critères ESG dans les décisions d’investissement.

(7)

Équivalent à l’art. 9 du règlement SFDR à savoir les produits financiers qui poursuivent un objectif d’investissement durable évalué au travers d’indicateurs.

(8)

Soit 414,3 Md€ avec 8,3% des encours dit « responsables », 22,3% des encours dits « durables » et 2,7% des encours à impact.

(9)

Baromètre social Diapason, enquête d’opinion interne menée dans les entreprises du Groupe depuis 2012 tous les deux ans permettant notamment de mesurer leur engagement.

 

Au cours de l’année 2021, le Groupe BPCE a été noté par Sustainanalytics, Vigeo Eiris (VE) et CDP. Le niveau de risque du Groupe BPCE est passé de « modéré » à faible à l’issue de l’évaluation de Sustainanalytics. La notation du Groupe par VE a également progressé au cours du dernier exercice et maintient son positionnement en « Advanced ». Enfin, suite à la réponse au questionnaire sur le climat 2021 de CDP, la note du Groupe est restée stable à A-.

Le tableau, ci-dessous, présente les dernières évaluations des principales agences de notation extra-financière.

Agence

Notation 2021

Notation 2020

Variation

2020-2021

ISS ESG (ex ISS Oekom)

C+ – Prime

C – Prime

á

MSCI

AA*

AA

=

SUSTAINALYTICS

17.94 (Low risk)

23.1 (Medium risk)

á

VIGEO EIRIS

62/100 – Advanced

60/100 – Advanced

á

CDP

A-

A- (1re année)

=

*

Pas de révision de la notation sur l’année 2021.

 

Enfin, les actions réalisées par le Groupe BPCE en matière de RSE sont également évaluées par des organismes publics et privés qui octroient par la suite un label et/ou une certification, gage de conformité à une norme.

Banque Populaire

Caisse d’Epargne

Labels stratégie RSE

 

 

 

Lucie

4

Lucie

2

Engagé RSE

2

Engagé RSE

1

 

 

B-Corp

1

Labels thématiques

 

 

 

Relations fournisseurs responsables

5

Relations fournisseurs responsables

8

Égalité professionnelle

8

Égalité professionnelle

7

Cancer@Work

2

Cancer@Work

3

Électricité garantie d’origine 100 % renouvelable (Engie)

5

Empreintes diversité – inclusion Mixity

4

Certification ISO 50 001(Système de management de l’énergie)

1

Happy Trainees

1

Certification HQE

8

Trophée plan climat départemental

1

Label Effinergie

4

Certifications environnementales : NF HQE/NF Bâtiments tertiaires et BBC

5

Label « Bâtiments démonstrateurs » et label PREBAT (ADEME)

2

Immobilier : Label HPE et label BREEAM

2

Label qualité services clients Pepp’s et label Finansol

4

 

 

 

2.1.4 Maîtriser ses risques extra-financiers

 

Afin d’identifier ses enjeux extra-financiers les plus stratégiques, le Groupe BPCE a mis en place en 2018 un groupe de travail avec des représentants des correspondants RSE des Banques Populaires et Caisses d’Epargne, les fédérations des Banques Populaires et des Caisses d’Epargne, BPCE Achats et des directions métiers de BPCE : Ressources humaines, Risques, Communication financière et RSE.

À l’issue des travaux du Groupe, une cartographie des risques extra-financiers a été élaborée, qui s’est inspirée de la méthodologie d’analyse des risques de la direction des Risques du Groupe. Cette cartographie est composée de :

un univers de 21 risques RSE répartis en trois typologies (gouvernance, produits et services, fonctionnement interne), et chaque risque fait l’objet d’une définition précise ;

une méthodologie de cotation de ces risques, en fonction de leur fréquence et de leur gravité.

Depuis 2018, des représentants des correspondants RSE et des divers métiers de BPCE se rencontrent chaque année pour faire une mise à jour de cette cartographie. Lors de ces ateliers, les risques extra-financiers et leurs cotations sont revus au prisme de :

l’évolution de la réglementation ;

l’évolution de la macrocartographie des risques Groupe ;

les recommandations des auditeurs externes du reporting ;

les demandes des agences de notation et investisseurs ;

les nouveaux standards de reporting.

 

En 2021, 15 ateliers et des réunions bilatérales ont eu lieu avec la participation de plus de 50 personnes. L’analyse conduite a fait émerger 15 risques majeurs auxquels le Groupe BPCE est exposé : empreinte socio-économique et implication dans la vie des territoires, droits de vote, accessibilité de l’offre & finance inclusive, égalité de traitement, diversité & inclusion des salariés, respect des lois, éthique des affaires & transparence, protection des clients & transparence de l’offre, sécurité et confidentialité des données, durabilité de la relation client, financement de la transition énergétique, conditions de travail, gestion de l’employabilité et de la transformation des métiers, intégration des critères ESG dans les décisions de crédits et/ou d’investissement, financement de l’économie réelle et des besoins sociétaux, empreinte environnementale et attractivité employeur.

La taxonomie des impacts des risques extra-financiers a été revue. Les impacts principaux sont désormais environnementaux, sociaux/sociétaux, économiques et réputationnels. L’objectif étant de restreindre les impacts à l’univers extra-financiers, les autres impacts étant adressés dans le document de référence dans le chapitre 6 « Gestions des risques ».

 

NOS INDICATEURS DE SUIVI DES RISQUES EXTRA-FINANCIERS

Risques identifiés

Définitions

Politiques

Indicateurs

de suivi 2021

Indicateurs

de suivi 2020

Chapitre concerné

Produits et services

 

 

 

 

 

Accessibilité de l’offre & finance inclusive

Assurer un accès à l’offre pour tout public tant au niveau géographique que digital

Dispositifs dédiés à la clientèle en situation de fragilité financière